Commentaires (8)

Alain Ragazzi
  • 1. Alain Ragazzi | 25/05/2020
Alzheimer !!! Mais c'est comment son prénom déjà ???
Pour moi qui ai beaucoup travaillé auprès de ce public et je continue d'ailleurs, j'ai trouvé cette histoire très touchante, attendrissante, je les aime bien les "Marie"...
Si je peux me permettre une réflexion personnelle sur cette pathologie, j'ai le sentiment que notre cerveau humain développe ainsi une protection, un fusible lorsqu'on ne se sent plus en phase avec le monde qui nous entoure...
J'ai bien peur que Covid, confinement et tout ce qui nous attend après soient un terrain particulièrement favorable à l'expansion de cette encore inconnue maladie d'Alzheimer...
Denis LAROQUE
  • 2. Denis LAROQUE (site web) | 21/05/2020
L'ambiance du conte, l'évocation des titres m'ont séduit dès le départ. Peu à peu, l'évolution du ton de la lecture laisse entrevoir une fin qui sort de celle des classiques du genre... Mais j'étais loin d'imaginer une telle chute, quel choc !!!
Al@in
  • 3. Al@in | 20/05/2020
Une belle histoire pour définir cette maladie.
Brigitte DODO
  • 4. Brigitte DODO | 20/05/2020
C'est trop triste. Mais quel conteur tu fais.
Jowilzius
  • 5. Jowilzius | 19/05/2020
Très beau texte, bien écrit. On ne s'attend pas à une chute aussi triste. Nouvelle très émouvante. J'ai beaucoup aimé, imaginé mes petits enfants dans cette forêt, mais la fin nous rappelle la triste réalité que peut engendrer la vieillesse.
Shirley Virga
  • 6. Shirley Virga | 17/05/2020
Encore une chute inattendue. C'est bien écrit, même si un peu triste !
MORIN Martine
  • 7. MORIN Martine | 15/05/2020
Belle histoire, amusante et légère dans ses débuts, puis doucement l'angoisse arrive, qui se termine par la découverte, poignante,
de la maladie, la grande tristesse qu'elle engendre pour l'entourage.
Mais aussi, et l'histoire nous le montre bien, merci Patrick, le malaise de la personne atteinte par cette maladie d'Alzheimer.
beyer
  • 8. beyer | 15/05/2020
Au cours de la "lecture", tout en écoutant très attentivement, je laissais mon esprit vagabonder dans les directions où les mots m’emmenaient...
Je me suis demandé, certain de la réponse, si, par hasard, tu n'avais pas déjà "un peu" joué ainsi avec quelqu’un qui aurait ressemblé à Marie...?
Évidemment, je me suis dit que tous les pères devraient avoir lu "La psychanalyse des contes de fées" de Betttelheim, et que je l'offrirais à celui de la fillette...
Puis je me suis imaginé qu'elle pourrait pimenter le jeu en laissant le papy affronter seul les ombres des vieux troncs, pour enfin venger Hansel et Gretel, Poucet, le Chaperon couleur coquelicot et les autres pauvres mioches abandonnés depuis des siècles...
Soudain, le faisceau de lumière m'a ramené à des réflexions plus sérieuses, et je crois que je l'ai vu s’éteindre avec les souvenirs de Marie, brutalement, comme la chute...
C'est vrai que soudain, il faisait plus froid dans cette forêt !
Émouvante nouvelle !

Ajouter un commentaire