2019-Salut, mon pote ! (*)

Couverture salut mon pote

Genre : drame fantastique (340 pages)

* Merci de bien vouloir laisser un commentaire sur ce livre et/ou consulter ceux des autres lecteurs

Fleche bas

Dans les médias

Radio

Virgin


Presse écrite

Presse
 

Commentaires (5)

Céline P.
  • 1. Céline P. | 04/10/2020
Bonne nouvelle, j'ai fini de lire "Salut mon pote".
J’ai été très contente de vous lire et même bouleversée de lire ce livre rédigé à la première personne. J’avais l’impression de lire une autobiographie, troublant n’est-ce pas? Je suis très cartésienne, mais paradoxalement très sensible à tout ce qui est paranormal, et j’avais anticipé très vite la mort imminente. Par contre ce qui m’a tenue en haleine, c’est son ressenti et savoir s’il allait survivre ou pas. J’ai bien aimé aussi vers la fin les rebondissements, quand on croit que c’est fini et qu’en fait, ça ne l’est pas. Ce qui était sympa aussi, c’est que j’ai enrichi mon vocabulaire. Je vais peut-être pouvoir le mettre à profit dans mes parties de scrabble en ligne. Le seul truc que je n’ai pas du tout aimé, mais là encore c’est très propre à chacun, n’y voyez aucun mal, ce sont les mots très pompeux lors de son interview. J’ai horreur des pédants. Par contre, j’en ai déduit que le travail d’un romancier devait être proche en terme de durée, de travail etc. Et ça, c’était super enrichissant. Vu le temps que ça prend, j’écrirai à 67 ans lors de ma retraite. Il me tarde de recevoir « J’ai mal à mon pays » et merci encore pour ce moment d'évasion intense. Et une fois encore, j’ai versé ma petite larme. Vraiment pensez à moi si vous passez dans la région. J’ai mille questions notamment le moment où on passe à l’écriture. Une petite interview d'une infirmière serait innovante. Mille mercis.
Évelyne Luciani
  • 2. Évelyne Luciani | 16/09/2020
Tu sais que je ne suis pas une critique littéraire, mais je suis ravie de t'écrire que j'ai pris un grand plaisir à lire ton dernier livre, Salut mon pote. Le héros, Hector Darbeville est bien présent et bien installé dans son chalet canadien pour écrire son nouveau roman lorsque l'antique téléphone placé là en décoration se met à vibrer et... à parler. On entre avec Hector en relation avec l'autre monde, celui de son père défunt et on suit le dialogue qui s'instaure entre eux. J'ai ressenti toute la nostalgie que l'on éprouve lors de la perte d'un être cher pour ne pas lui avoir dit à quel point il nous était précieux. Mais tu ne sombres pas dans le sentimentalisme, loin de là. Tu nous embarques avec maestria dans une histoire qui pourrait paraître abracadabrantesque à laquelle j'ai adhéré très facilement. Tu traites ce sujet à la manière d'un polar et tu nous fais passer par d'astucieux artifices littéraires du monde réel au sur-naturel en toute simplicité ! Bravo. J'admire ton imagination débordante et ton style...parfait !
Philsav
  • 3. Philsav | 23/12/2019
Un auteur qui nous a habitué à des déplacements dans le temps, à des situations anachroniques ... Ce roman est particulièrement touchant, car on devine une nostalgie ou un regret du personnage principal de ne pas avoir pu tout dire à son père avant qu'il ne disparaisse ... Une part d'autobiographie peut-être, qui en tout cas, se dévore en quelques heures...
FM
  • 4. FM | 04/12/2019
Qui n'a pas au plus profond de lui, imaginé de passer même un court instant, un moment avec un cher disparu... Juste le temps pour lui dire ce que trop souvent on ne dit pas lorsqu'il est encore là.
L'imagination débordante de l'auteur nous emmène dans ce monde où tout est possible, décrit avec passion et tendresse.
L'histoire captivante du début à la fin, une ambiance énigmatique accompagnée de formidables descriptifs de paysages, font de ce roman une gourmandise que l'on regrette d'avoir savouré trop rapidement..
MC
  • 5. MC | 13/11/2019
Salut mon pote... on se laisse prendre au piège si rapidement, frénétiquement happé par les mots et l’histoire si troublante entre un fils et son père. Cette histoire émouvante où l’amour pur trace sa voie, que ne ferait-on pas pour retrouver un être cher ne serait-ce qu’une minute de plus ?
Patrick Lagneau nous fait voyager entre France et Canada, de décors lorrains aux majestueuses Rocheuses, mais bien plus encore dans le temps, dans un passé qui n’appartient pas au personnage principal, des aller-retours entre époques et situations diverses à vous donner le tournis, mais pas question de lâcher car pour comprendre il faut aller jusqu’à la dernière page.
Virtuose des mots, Patrick Lagneau nous entraîne une fois de plus dans un scénario qui semble des plus improbables, mais où rien n’est laissé au hasard, détails, situations et faits nous convainquent de la justesse de son écriture. Merci Patrick !

Ajouter un commentaire